Le mot du Parrain

Voilà vingt ans, je publiais mon premier roman. Quelques mois plus tard, j’étais invité à Fuveau. J’y suis allé, la boule au ventre. Déjà, je savais que le proverbe qui va suivre possède son fondement de vérité : Nul n’est prophète en son pays. Aixois, j’allais présenter mon roman à Fuveau ! Au pied de Sainte-Victoire !
Certes, je n’en menais pas large. Tant d’écrivains, femmes et hommes, qui s’embrassaient, se reconnaissaient, s’échangeaient des nouvelles du milieu littéraire ! Et moi, pauvre de moi, seul derrière l’unique pile de mon unique livre. 
Le samedi midi, j’ai pris part au repas de Grand Bastide. Je parlais peu, car je ne connaissais personne. Avant la fin de ce banquet, j’ai pris la poudre d’escampette. Avec Gilles Del Pappas, lui aussi jeune littérateur. Nous avions décidé de rentrer à pied. Pour ne pas gêner, pour n’encombrer personne. Et nous sommes donc partis, en voleurs, sous un soleil crissant de cigales, les semelles accrochant le goudron qui se mettait à fondre dans la canicule. Nous étions des chanceux. Nous participions aux Ecrivains en Provence !
Une demi-heure plus tard, nous transpirions à grosses gouttes. Le chemin était long. Il n’en finissait plus. Dans la fournaise, une voiture s’est fort heureusement arrêtée à notre hauteur. C’était Jean Bonfillon. Il nous a pris en charge, le sourire en coin. Ce simple réflexe de gentillesse, d’empathie, de générosité a fait de moi un inconditionnel du salon de Fuveau. Je n’ai, depuis, manqué aucune édition. 
En tant que parrain, j’aurai une pensée particulière pour les lectrices et lecteurs, bien entendu. Mais aussi pour tous les bénévoles. Sans vous, sans votre amour pour la littérature, ce salon ne serait pas. Je me permets donc, toutes et tous, de vous embrasser. Sans oublier Jean. Ni Philippe. 

Jean-Paul DELFINO

Assassins ! - Editions HÉLOÏSE D'ORMESSON - Septembre 2019

En 1897, la publication de J'accuse... ! Et l'engagement d'Émile Zola dans l'affaire Dreyfus déclenchent des torrents de haine. Les attaques ne cessent de pleuvoir sur l'auteur des Rougon-Macquart, devenu la cible, entre autres, du fondateur de la Ligue antisémite de France et de La Libre Parole, Édouard Drumont.

Lorsqu'en septembre 1902, Zola décède à son domicile d'une intoxication au monoxyde de carbone, sa mort, officiellement considérée comme accidentelle, ne permet pas d'écarter la piste de l'assassinat - le conduit de sa cheminée pourrait avoir été délibérément bouché - car le célèbre écrivain avait plus d'un ennemi.

Depuis les moqueries dont il fut la cible sur les bancs de l'école, où il rencontra Cézanne, jusqu'à ses amours dans les bras d'une lingère accorte, Assassins ! revient sur la vie de l'homme derrière le mythe littéraire. En réponse aux dernières pensées du condamné, les suspects défilent sur la scène politique gangrénée par l'intolérance.

Auteur de polars, romancier, scénariste… Qui est donc Jean-Paul Delfino ?

Après un début de carrière dans le journalisme, il n’a cessé, depuis, dans de nombreux ouvrages, de se consacrer à ses trois passions : la littérature, le Brésil et sa musique.

Après la parution de plusieurs romans policiers et l’écriture de pièces radiophoniques pour Radio France, Jean-Paul Delfino a entamé la publication d’une série romanesque consacrée à l’histoire du Brésil, intitulée "Suite brésilienne", qui compte neuf romans.

En 2005 a paru Corcovado (Prix Amerigo Vespucci 2005, Prix Gabrielle d’Estrées 2005), qui initie la série, et met en scène un jeune Marseillais des années 1920 découvrant Rio de Janeiro. À partir de 2009, Jean-Paul Delfino revisite les origines de cette nation et enrichit sa "Suite brésilienne" dont Pour tout l'or du Brésil, Brasil, Saudade, 12 rue Carioca...

Jean-Paul Delfino a aussi publié plusieurs anthologies de la musique brésilienne : "Brasil bossa nova" (1988), "Brasil : a musica" (1998), "Couleurs Brasil, une histoire de la musique brésilienne en 40 chansons" (2014), et "Bossa nova, la grande aventure du Brésil" en 2017.

Douze prix lui ont été décernés dont le Prix des Lycéens (Salon du livre de Chaumont 2016) pour Les Pêcheurs d’étoiles - le Prix des Romancières (salon de Saint-Louis 2019) et le Prix Grande Évasion (salon de Pessac 2019) pour Les voyages de sable - l'Étoile 2019 du meilleur roman français pour le "Parisien" pour Assassins.

Salon des Ecrivains 2009
Salon des Ecrivains 2011
Salon des Ecrivains 2017
Salon des Ecrivains 2018
Salon des Ecrivains 2015
Salon des Ecrivains 2015
Salon des Ecrivains 2015
Salon des Ecrivains 2015
Salon des Ecrivains 2015
Salon des Ecrivains 2015